Mieux s’éclairer pour mieux travailler

Que ce soit à la maison ou en entreprise, on passe un temps important à notre bureau, et parfois des heures d’affilée devant un écran. Rien ne vaut une belle lumière naturelle, mais d’une part, tous les bureaux n’y ont pas accès et d’autre part, que faire lorsque le ciel s’assombrit ou que la nuit tombe ? Aussi l’éclairage de votre bureau tient une place essentielle dans votre confort de travail. Selon l’Observatoire de la qualité de vie au bureau Actineo, « l’éclairage est considéré comme une facteur de bien-être au bureau agissant sur la productivité des employés ». Un éclairage non adapté entraîne bien souvent une fatigue oculaire et posturale ainsi que des maux de tête. Alors comment bien choisir son éclairage de bureau, c’est ce que nous allons voir dans cet article.

 

Quel type d’éclairage privilégier ?

L’idéal est de multiplier les sources de lumière, naturelle et artificielle. Mais au-delà de ces sources, il convient d’utiliser plusieurs lampes afin de créer une ambiance de travail adéquate et modulable selon le moment de la journée et le niveau de concentration dont vous avez besoin. Ainsi, une lumière de forte intensité stimulera votre vigilance et votre activité, et une lumière plus tamisée sera plus propice au calme et à la réflexion.

Pour une diffusion homogène de la lumière et créer une ambiance lumineuse générale, commencez par utiliser un plafonnier. Pour limiter les contrastes et ajuster la lumière selon vos besoins, pensez à utiliser au moins deux lampes de bureau. L’éclairage doit être avant tout évolutif pour s’adapter à tous types de situations. Ainsi veillez à ce que vos lampes soient équipées d’un variateur d’intensité, d’un faisceau inclinable et d’un bras articulé.

 

Un éclairage différent selon les types d’activités… et l’âge

Si vous travaillez sur un ordinateur, la lampe de bureau va jouer un rôle alcalin sur l’intensité lumineuse émise par l’écran. On parle de plus en plus de la lumière bleue émise par les écrans et qui, en effet, peut dégrader la rétine, entraîner une fatigue visuelle chronique et altérer le sommeil.

Selon Actineo, l’intensité lumineuse d’un espace de travail doit être généralement comprise entre 250 lux et 500 lux selon le type d’activité. Un niveau qui peut grimper dans certains métiers d’ultra précision comme la joaillerie, l’orfèvrerie ou l’horlogerie.

De plus, sachez qu’un individu de 20 ans aura besoin deux fois moins besoin de lumière qu’un individu de 50 ans. L’âge est également un critère à prendre en compte dans la manière de choisir votre éclairage de bureau.

 

Quelle orientation pour vos lampes de bureau ?

Pour les éviter les ombres gênantes, placez votre lampe à votre gauche si vous êtes droitier, et inversement si vous êtes gaucher. Si vous travaillez sur ordinateur, placez une lampe de faible intensité du côté adéquat et légèrement en arrière de l’écran. Il s’agira ensuite d’orienter la lumière vers votre zone de travail en veillant à ce qu’elle ne croise pas votre champ de vision.

Pour le plafond, il est conseiller de privilégier un plafonnier ou une suspension qui diffusera la lumière de manière homogène. Dans tous cas, évitez les spots, car ils émettent une lumière trop crue et agressive.

 

Attention aux revêtements de bureau

On n’y pense pas forcément mais les bureaux laqués ou les tapis de souris brillants sont à éviter car l’éblouissement par luminance peut s’avérer très inconfortable. Préférez les matériaux mats qui préservent le confort visuel.

 

Comment choisir ses ampoules ?

Luminaires incandescents, halogènes, LED, fluorescents… Le choix est vaste et ce n’est pas toujours simple de trouver l’ampoule adéquate.

La norme européenne NF EN 12464-1 préconise un éclairage allant jusqu’à 500 Lux** pour une personne travaillant dans un bureau et sur ordinateur. La médecine du travail quant à elle préconise des lampes de bureau dont la température de couleur comprise entre 2700 et 3000 kelvin* pour un éclairage ergonomique.

Pour un travail sur ordinateur, il est conseillé d’utiliser une ampoule de 15 watts et de privilégier un éclairage aux tons chauds et en évitant les leds qui dégagent une lumière bleue gênante pour travailler. La couleur d’une source lumineuse est également un critère important pour le confort visuel. Les teintes chaudes (jaune et orange) ont en général une température de couleur inférieure à 3300 kelvin* tandis que les couleurs froides (blanc, bleu) peuvent dépasser les 5300 kelvin*.

Les 3 principaux types lampes de bureau :

  • Les lampes à leds sont les plus écologiques avec une durée de vie de plus de 50000 heures. Elles sont très résistance et ne dégagent quasiment aucun échauffement. Son intensité doit dépasser les 5W pour être efficace.
  • Les lampes fluorescentes durent en moyenne 10000 heures et sont solides. Avec une intensité minimum de 9W, elles diffusent un éclairage puissant mais elles mettent du temps avant d’atteindre leur intensité maximale.
  • Les lampes halogènes sont celles qui restituent le mieux les couleurs. L’ampoule a durée de vie assez faible (3000 heures environ) et son intensité doit dépasser les 35 W pour être efficace. Elles dégagent par ailleurs un échauffement important qui peut s’avérer dangereux en cas de recouvrement avec un tissu ou du papier.

 

*Le kelvin est une unité SI de température thermodynamique.

**Unité de mesure de l’éclairement lumineux.

 

Partager :

Autres articles

La qualité de vie au travail

La 14ème semaine de la qualité de vie au travail est du 9 au 13 octobre 2017. C’est une semaine organisée par l’Agence nationale de l’amélioration

L’accueil : Première image perçue par le visiteur

Dans une entreprise ou une collectivité, l’accueil est la 1ère image perçue par le visiteur. C’est un lui qui doit être chaleureux et agréable pour accueillir et faire patienter une personne avant d’être reçu. C’est aussi un espace où l’hôte ou hôtesse doit pouvoir recevoir de nombreuses personnes à un moment donnée tout en gérant les appels téléphoniques internes et externes.
L’espace, la couleur, la lumière, le mobilier, la mobilité sont des caractéristiques à prendre en compte pour que l’accueil soit optimum, pour les visiteurs comme pour les salariés.

Les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS)

Les TMS représentent un grave problème de santé au travail partout dans le monde et touchent plusieurs millions de travailleurs en Europe. Au-delà de la souffrance humaine, ils sont à l’origine de déficits fonctionnels gênant l’activité professionnelle. Ils constituent de, ce fait, un lourd fardeau économique pour la société à la fois parce que ce sont les maladies professionnelles les plus fréquentes mais aussi parce qu’ils sont à l’origine d’un important absentéisme et donc d’une perte d’efficacité pour l’entreprise (remplacement, perte de qualité et de productivité, perturbations dans l’organisation du travail). Sans compter les difficultés de reclassement d’un salarié atteint…